Inscription Administrative

Inscription ou réinscription OSU Institut Pythéas

Inscription Administrative (IA) pour les Masters de l’OSU Institut Pythéas - Master SET & Océanographie Mis à jour le mardi (...)

Interview Métiers de Science

Michaël Carle

Ingénieur d’études au LAM

Présentez-vous ainsi que votre environnement professionnel...

Je m’appelle Michaël Carle, j’ai 35 ans et je suis ingénieur d’études au Laboratoire d’Astrophysique de Marseille depuis 2005. Je travaille au service Essais qui réalise des essais sur des instruments spatiaux dans les conditions que rencontrera l’instrument durant sa vie. Il s’agit soit de tests de vibrations (pour simuler le décollage d’une fusée), soit d’essais « vide thermique » dans lesquels on crée un environnement proche de celui que verra l’instrument dans l’espace.

Quel cursus universitaire (autre) avez-vous suivi ?

Après un bac S, j’ai suivi un cursus universitaire en physique général (DEUG) puis physique appliquée (Licence et Maitrise). A la suite de ma Maitrise j’ai choisi de faire un Master à l’Observatoire de Paris « Outils et Systèmes de l’Astronomie et de l’Espace » qui permet de préparer à différents métiers liés à l’instrumentation pour l’Astronomie. Après ce Master j’ai eu la chance de passer 1 an à l’Agence Spatiale Européenne en Hollande qui, chaque année, réserve des contrats aux jeunes diplômés. J’ai ainsi pu vraiment découvrir le domaine spatial.

Pourquoi avez-vous choisi de devenir chercheur/ingénieur ?

Depuis l’enfance j’ai toujours voulu travailler dans le domaine de l’Astronomie. Durant mes études j’ai hésité entre m’orienter vers la recherche ou un métier d’ingénieur. Mes différents stages en laboratoires m’ont permis de découvrir un peu ces métiers et je me suis rendu compte que le travail d’ingénieur me correspondait plus, car je souhaitais vraiment être au contact de l’instrumentation.

Qu’aimez-vous dans la science ?

La science permet de mieux comprendre le monde dans lequel nous vivons et qui nous entoure. C’est passionnant et particulièrement stimulant de travailler d’un point de vue technique sur des instruments qui vont permettre d’avoir une meilleur compréhension de l’Univers.

Que faites-vous au quotidien ?

J’ai la chance d’avoir un métier qui n’est pas du tout répétitif et dont le quotidien est très varié selon les phases du projet sur lequel on travaille. Il y a toute une phase de préparation des essais qui très importante, où l’on va concevoir l’environnement (thermique dans mon cas), réaliser des simulations, etc… Puis une phase pratique « d’intégration » où l’on va travailler directement sur l’instrument et enfin le « pilotage » des moyens d’essais (enceintes à vide de différentes tailles, allant jusqu’à 4m de diamètre). Durant les essais, qui peuvent durer plusieurs semaines, nous travaillons par équipe 24h/24h, 7j/7.

Quels sont vos projets professionnels pour 2014-2015 ?

L’année 2014 est particulièrement riche professionnellement puisqu’elle marque la mise en service en début d’année de notre nouvelle grande enceinte à vide ERIOS (4m de diamètre et 6m de long), sur laquelle je me suis particulièrement investi ces dernières années. J’ai également eu la chance de participer à l’installation de l’instrument SPHERE au Very Large Telescope au Chili. Ayant travaillé plus de 7 ans sur ce projet, il s’agissait donc d’un bel aboutissement. Je suis maintenant impliqué dans de nouvelles aventures sur l’instrument EUCLID-NISP avec notamment la préparation des premiers essais qui auront lieux dans ERIOS en 2015.

Sur un volet plus personnel, pourriez-vous en 4 ou 5 lignes parler d’un livre, d’un film, d’une visite que vous avez particulièrement apprécié.

Forcément j’ai été marqué par plusieurs films sur la conquête spatial et particulièrement « l’Étoffe des Héros » que j’ai vu un grand nombre de fois, sur les premiers astronautes américains, puis bien sûr Apollo 13, plus récent.

Et dans un style plus science-fiction cette fois, j’ai beaucoup aimé Contact, avec Jodie Foster.