Le nano de la méduse

Le mucus de méduses constitue un filtre naturel, capable de débarrasser les eaux des nanoparticules.

Voilà de quoi redorer le blason des méduses qui pullulent sur certaines côtes au risque de gâcher les vacances des baigneurs. En effet, ces animaux gélatineux, grâce au mucus qu’elles rejettent en condition de stress, « piègent » les nanoparticules qui se dispersent et s’accumulent dans l’eau, et qu’aucun système de filtration actuel ne permet de retenir. Le cinéaste Jean-François Comminges a rencontré Philippe Barthélémy, chimiste (Inserm), Alain Thierry, biologiste à l’Institut Méditerranéen d’Ecologie et de Biodiversité (IMBE) OSU Pythéas (CNRS/IRD/AMU) et Fabien Lombard zoologue (Observatoire océanologique de Villefranche sur Mer). Dans cette vidéo, ils nous font partager cette découverte prometteuse. Passant soudain du statut d’indésirable fléau à celui de solution prophétique, la méduse poursuit ainsi son incroyable périple à travers les âges et les espoirs futurs…

Coproduction : Labo d’images/Inserm/IMBE/CEREGE 2016.